Zéro trace

La nature est le seul espace où assouvir notre passion et elle est fragile. Prenons-en soin.

En tant que guide et pratiquant j’essaye de montrer l’exemple à mes groupes et aux personnes que je croise sur les sentiers.

L’attention que je porte à mon environnement et les précautions que j’emploies sont le résultat de mon expérience et de celles partagées par d’autres. Elles évoluent naturellement dans le temps et ce que je considère aujourd’hui comme un exemple à suivre me paraîtra peut-être un peu léger ou inadéquat demain, c’est un processus d’apprentissage progressif qui sera toujours perfectible.

Cette imperfection il faut l’accepter chez nous comme chez les autres.

  • Pour nous-même, cela signifie qu’on peut toujours améliorer notre pratique et qu’il faut accepter qu’elle ne soit pas parfaite.
  • Pour les autres, cela signifie qu’il faut accepter qu’ils se trouvent engagés moins loin dans cet apprentissage, qu’il ne sert à rien de les blâmer, mais qu’au contraire ils peuvent apprendre de l’expérience qu’on leur partage.

🌱 Zéro trace

Le mouvement Leave no trace (traduire « Ne pas laisser de trace ») et né sur les sentiers de grande itinérance tels que le Pacific Crest Trail qui relie l’ouest des Etats-Unis depuis la frontière mexicaine jusqu’à la frontière canadienne. Il s’appuie sur les 7 principes que nous pourrions résumer comme ceci :

  • Planifier et préparer, pour éviter d’avoir recours à des solutions radicales et destructrices.
  • Progresser sur des surfaces durables, suivons les voies déjà tracées pour éviter le tassement des sols et limiter l’érosion dans les milieux fragiles.
  • Gérer ses déchets, ne laissons rien derrière nous. Si nous avons réussi à porter notre tambouille pleine, nous porterons bien les emballages vides.
  • Laisser intact, c’est toucher avec les yeux et limiter la trace de l’homme dans le paysage.
  • Minimiser les impacts du feu, le foyer d’un feu de camp altère profondément le sol alors réservons-le aux situations les plus critiques.
  • Respecter la faune, ne dérangeons pas les bestioles dont nous traversons le territoire. Evitons tout ce qui peut stresser les animaux car leur survie peut en dépendre.
  • Respecter les autres, soyons prévenants avec les autres usagers des forêts et des montagnes, leur pratique vaut bien la nôtre. Pour nous c’est un loisir, pour d’autre il s’agit parfois d’un métier et d’une source de subsistance.

📝 Retrouvez plus d’infos sur sanstrace.ca, sur la Charte « Apaisons la forêt » et pourquoi pas sur les quelques règles partagées par lesacdurandonneur.com

Ne laissons d’autres traces que celles de nos pas.

Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *